Presse

Monique Vandooren s’épanouit dans sa vie d’artiste
Ploeuc-sur-Lié – 23 Juillet
Ouest France

Monique Vandooren aime les couleurs, les pinceaux, la peinture. L’artiste ploeucoise, ancienne enseignante en arts plastiques à la retraite, a désormais le temps de s’adonner à sa passion.

Du réalisme à l’imaginaire

C’est au collège public que sa professeure de dessin, Mme Gibelin, remarque les aptitudes de la jeune fille. Un excellent coup de crayon, une étonnante facilité à reproduire le réel. Mais, l’art ne nourrit pas un homme, alors Monique poursuit des études classiques et enseignera le français et l’anglais avant de revenir à ses premières amours : les arts plastiques.

Ses aptitudes en dessin se doublent d’une oreille musicale. À ses moments libres, elle peint : natures mortes, paysages, marines, portraits sur commande. Ses oeuvres sont saisissantes de réalisme, dignes du meilleur objectif Leica.

Les années passent, elle trouve que le figuratif est un peu réducteur. À la retraite, elle a du temps et elle ne pose plus son chevalet pour traduire le réel, mais pour imaginer des personnages, des formes, des paysages imaginaires : « Je crée désormais au gré de mon imagination ; j’y vois ceci, cela, et le quidam peut y voir tout autre chose. » Et ce revirement fonctionne.

Un opuscule en septembre

Depuis le début de l’année, plusieurs convives de l’Aromatic où elle expose ont eu le coup de coeur pour ses réalisations. L’artiste est visiblement à un tournant.

L’idée n’est pas d’elle mais de son entourage. Une vingtaine de ses toiles vont être compulsées dans un opuscule avec, pour chaque tableau, un commentaire rédigé par des personnes différentes. Amis, auteurs, peintres, membres de la famille.

En français bien sûr mais aussi en anglais, hollandais et même en mandarin. Ce livret paraîtra en septembre, alors que Monique sera en résidence d’artiste à Moncontour. Le week-end dernier, elle était à Pont-Aven où elle expose souvent. Mais cette fois c’était pour assister à un concert d’une de ses filles.

Dans la famille Van Dooren, du sang d’artiste coule dans les veines de chacun des membres.

press003press004